IN MOTION 1-2016

38 39 L a Fédération des Industriels Luxembourgeois, opère sa mue et se tourne vers l’avenir. Les réflexions, projets et travaux de sa nouvelle équipe porteront entre autres sur des sujets phares comme l’ICT, le data, la digitalisation, ou encore l’innovation. 25%de la valeur ajoutée, 30%de l’emploi intérieur, envi- ron 8milliards d’euros d’exportations annuelles : c’est la part de l’activité des quelque 500 entreprises membres de la Fedil dans l’économie luxembourgeoise. Fondéeen1918,laFédérationdesIndustrielsLuxembour- geois – devenue depuis Fedil-Business Federation Luxem- bourg – est l’organe de défense des intérêts professionnels des employeurs luxembourgeois actifs dans les secteurs de l’industrie, de la construction et des services aux entreprises. Auniveaunational, elleaccompagne sesmembres sur les ques- tions économiques, sociales et industrielles. Hors des frontières, elle est également présente : auprès des grandes instances eu- ropéennes – avec unbureaude représentationàBruxelles – ou bien internationales, comme l’Organisation Internationale du Travail (OIT), l’Organisation Internationale des Employeurs (OIE) ou encore l’OCDE. Au-delàde sonpositionnement en tant que lobbyiste, la Fedil a doncun rôle important à jouer dans lesdomaines économique, politique, social, de l’éducation et du digital. Et toujours dans le but de promouvoir l’économie luxembour- geoise, elle participe aussi à de nombreuses missions écono- miques à l’étranger, dont la plus récente revient de New York. Il s’agit ici d’apporter de lavisibilitéaupays et demontrer le côté unique du pays en tant que passerelle pour l’Europe destinée à accueillir de nouvelles sociétés et de grands groupes étrangers. Disruption 2016 sera un jalon charnière pour la Fedil bientôt centenaire. Une année placée sous le signe de la disruption. Changement de direction tout d’abord : avec l’arrivée d’une toute nouvelle équipe menée par René Winkin, son directeur élu en janvier ; suivie enmars de l’élection de Nicolas Buck à la tête du conseil d’administration. CEO de Seqvoia, une société qui développe une plateforme destinée à l’industrie des fonds d’investissement, ce dernier dirige aussi Nyuko, une asbl visant à promouvoir l’innova- tion, dans les têtes et dans les faits. « Je ne suis pas le patron de la Fedil. Je suis le président de son conseil d’administration et donc le porte-parole du conseil », affirmait-il dans son dis- cours d’investiture. Changement de stratégie ensuite : avec unmodus operandi de l’organe professionnel, plus transversal et plus orienté client. « Nous avons l’ambition de devenir un prestataire de services, dédié à l’industrie d’aujourd’hui et de demain (...). Nous offri- rons ànosmembres davantagedepossibilités pour s’impliquer dans la définition des initiatives et des contenus de la Fedil », promet Nicolas Buck. Résolument tournés vers l’avenir, les axes des réflexions, pro- jets et travaux de la nouvelle équipe porteront sur des sujets phares comme la digitalisation, la formation, l’innovation, la transition énergétique ou encore l’économie circulaire. Changement de paradigme enfin : il s’agit de casser l’image d’une industrie souvent jugée vieillotte et dépassée, pour re- mettre l’innovation et intégrer l’ICT au centre du processus industriel : « L’image de l’industrie, n’est pas toujours favo- rable. Elle est souvent associée à des activités produisant peu de valeur ajoutée et peu de recettes fiscales. Ceci ne correspond pas à la réalité: il faut élargir l’idée que nous avons de ce qui serait une activité industrielle, dans un contexte où l’expansion de l’ICT et la digitalisation avancent à pas de course, » note le président de la Fedil. Focus sur l’ICT « Nous sommes entrés non pas dans une société de services mais dans une société hyperindustrielle », poursuit-il. « Ce que nous vivons actuellement, c’est la convergence entre laproduc- tion industrielle et les activités de service (entre le produit et le service), et cela grâce à la révolution numérique ». Et de rappeler que les GAFA (Google, Apple, Facebook, Ama- zon…) sont eux aussi organisés et fonctionnent également selon des méthodes industrielles. « Leurs unités de recherche s’inspirent des modèles de Dupont, De Bell Labs ou de Xerox. Leurs chaînes de valeurs sont complètement globalisées », observe-t-il. Idem pour l’ICT, qui, pour le CEO de Seqvoia, fait partie in- tégrante de l’Industrie, et repose sur des principes éprouvés d’industrialisation : avec une organisation, une démarche de mutualisation des outils de production et des services qui sont produits, ou encore « des usines de traitement de données, que sont les datacenters ». L’Industrie doit répondre aux nouvelles tendances écono- miques et commerciales induites par l’ICT : qu’il s’agisse des prosumer (où les consommateurs deviennent eux-mêmes pro- ducteurs, des systèmes peer-to-peer qui marquent la dispa- rition des intermédiaires économiques. « Nous devons donc développer un axe commun pour mieux répondre à ces nou- veaux besoins », insiste-t-il. Aussi, face à ces défis, la Fedil compte bien se positionner comme un acteur important: « Nous sommes un facilitateur, un simplificateur, qui doit expliquer et ramener la complexité à l’essentiel », précise Nicolas Buck. Pour le président deNyuko, seule l’intégrationdupays et de ses acteurs économiquesdansunécosystème fondé sur les compé- tences, l’open innovation, la proximité entre pôles de concep- tion et pôles de production pourra garantir le développement de cette base hyperindustrielle. Un développement qui in fine vise aussi la croissance et la compétitivité du Grand-Duché. Véritable pilier du secteur ICT au Luxembourg, Cegecom est aussi membre de la Fedil. Sous l’impulsion de Georges Muller son directeur, il participe aux activités et auxmissions de cette dernière au sein de l’asbl Fedil – ICT. Celle-ci défend les intérêts des principales sociétés du secteur ICT luxembourgeois. Avec son leitmotiv « Connect your business toyour future », Cegecom est plus que jamais actif dans le développement du secteur ICT au Luxembourg et dans la Grande Région, et prend aussi part à la promotion du Grand-Duché à l’étranger. « Nous avons l’ambi- tion de devenir un prestataire de ser- vices, dédié à l’indus- trie d’aujourd’hui et de demain (...)» Partenaires La Fedil résolument tournée vers l’innovation et l’ICT Pour plus d’information : www.fedil.lu

RkJQdWJsaXNoZXIy NTg2OTg=