Previous Page  8 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 8 / 48 Next Page
Page Background

D

epuis une quinzaine d’années, l’économie numé-

rique du Luxembourg se développe à grande vi-

tesse : avec la mise en place d’infrastructures et

d’un environnement propices au développement

des entreprises du secteur des technologies de l’information

et de la communication. Offrant l’une desmeilleures infras-

tructures digitales au monde, le pays occupe les premières

places dans les classements internationaux.

Cependant, il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. En

automne 2014, le gouvernement luxembourgeois lançait la

stratégie ‘Digital Lëtzebuerg’ : avec comme objectif ambi-

tieux de transformer le pays en une ‘smart nation’, à savoir

une société et une économie profitant des opportunités

offertes par l’intelligence numérique et par les nouvelles

technologies.

Mario Grotz est Directeur général pour la recherche, la pro-

priété intellectuelle et les nouvelles technologies, auMinis-

tère de l’Economie. Deux ans après le lancement de ce pro-

gramme, il revient sur la transition digitale du pays.

Inmotion : Monsieur Grotz, quelle est l’implication du Mi-

nistère, et plus spécifiquement de votre Direction dans la

transition digitale ?

MarioGrotz : Nous essayons d’encourager les différentes ini-

tiativesmenées dans le domaine du digital et de la transfor-

mation digitale. D’une part, nous intervenons en tant que

soutien, dans lamise enœuvre de projets basés sur les nou-

velles technologies. Dans ce contexte, nous avons décidé

de donner la priorité à certains secteurs qui nous paraissent

porteurs : notamment l’énergie, la ville, la mobilité, le bâti-

ment, l’espace et la santé. Nous sommes aussi actifs sur des

questions plus larges et transversales, comme l’économie

circulaire et la cybersécurité, qui ont un impact fort sur ces

secteurs. Nous encourageons également le développement

des start-ups dans toutes ces branches prioritaires.

Quels sont vos outils pour réaliser ces missions ?

Nous avons pour celades instruments et desmesures dédiés

à laRecherche, auDéveloppement et à l’Innovation (RDI), vi-

sant à aider les entreprises. Aussi, la propriété intellectuelle,

qui est l’unedenos trois attributions, joueun rôleprimordial.

Nous essayons ainsi de créer un cadre réglementaire et un

écosystème favorables à la création et au développement.

Intervenez-vous également sur la réalisation de projets

concrets ?

Là aussi, nous jouons un rôle de gestionnaires et de coordi-

nateurs. Par exemple, dans des quartiers pilotes de plusieurs

communes du pays, nous allons tester des technologies in-

novantes, dans les domaines de l’énergie, de la construction

et de la mobilité. Ainsi, la digitalisation ne peut réussir que

si elle apporte une qualité de vie plus élevée. L’idée n’est pas

demettre enplace des nouvelles technologies pour le plaisir

d’avoir de nouvelles technologies, mais bien de montrer le

bénéfice que les citoyens peuvent en retirer.

8

Mar io Grotz (MInistère de l’Economie ) :

La transition digitale pour le bénéfice de tous

F

o

c

u

s