Previous Page  16 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 16 / 48 Next Page
Page Background

Handwierk 4.0

Quand l’artisanat devient digital

L

’arrivée du numérique a changé la donne et

obligé les chefs d’entreprise à revoir leurs mo-

dèles d’affaires et leurs services professionnels.

Ces profonds bouleversements économiques et

sociétaux, ont déjà un impact sur le métier des arti-

sans, et ce à tous les stades de leur activité : produc-

tion, transformation, réparation, prestation de ser-

vices, commercialisation… Non seulement ceux-ci

ne peuvent arrêter cettemutation. Ils doivent enoutre

suivre la tendance... Question de survie.

La digitalisation offre pourtant de nouvelles oppor-

tunités d’activités. Avec des gains directs et indirects

en termes de coûts, d’organisation et d’affaires. Sans

toutefois remettre en question le savoir-faire et le ser-

vice sur mesure de l’artisan.

Depuis une quinzaine d’années déjà, des développe-

ments importants ont été réalisés au Luxembourg :

dans le commerce électronique, les contenus numé-

riques, le cloud computing, le big data ou encore les

paiements électroniques. Et beaucoup de capitaux

ont été investis dans le déploiement d’infrastructures

modernes de communication.

En automne 2014, le gouvernement a été plus loin,

avec le lancement de sa stratégie ‘Digital Lëtzebuerg’.

L’objectif affiché : transformer le pays en une société

et une économie numériques, basées sur l’utilisation

des nouvelles technologies, pour en faire une ‘smart

nation’, au service des entreprises et des citoyens. Au-

jourd’hui, le Grand-Duché concrétise cette transition

digitale.

Pour sa part, la Fédération des Artisans, qui a récem-

ment soufflé ses 111 bougies, a elle aussi choisi le vi-

rage numérique. Dans cette optique, elle a lancé l’ini-

tiativeHandwierk4.0, àdestinationdes 51 fédérations

professionnelles et des 3.500 entreprises-membres

qu’elle représente.

RomainSchmit, le secrétairegénéral de l’organisation

faitière revient sur ce projet, et sur les défis de la transi-

tion digitale, pour les artisans et leur métier.

Inmotion : Monsieur Schmit, comment la Fédérati-

ondes Artisans et sesmembres appréhendent-ils la

transition digitale ?

Romain Schmit : Le monde change, et la digitalisa-

tion offre de nombreuses opportunités de dévelop-

pement, pour le secteur, quelle que soit l’activité de

l’artisan. En effet, cette tendance ne se limite pas à

la seule industrie. Certes, les industriels mettent en

place un certain nombre de techniques : Internet des

objets, robotisation, smart factory… Mais les arti-

sans sont eux aussi des techniciens et des opérateurs

de technologies de communication. Il faudra des ar-

tisans, des techniciens bien qualifiés pour mettre en

place toutes ces technologies dans les entreprises de

demain, tout comme chez les clients. Jeremy Rifkin l’a

bien dit et répété lors de la présentation de son projet

pour le Luxembourg ! Qu’il s’agisse d’un site Web des-

tiné àpromouvoir leur savoir-faire et vendre leurs pro-

duits en ligne, ou bien d’une solution ERP de gestion

des commandes, des produits, des flux et des fournis-

seurs ou encore d’un système d’archivage et de ges-

16

F

o

c

u

s